La vallée de l’Orkhon à vélo

Classé dans : Mongolie | 8

Après notre étape à Kharkhorin nous avons remonté les 145 km de la rivière d’Orkhon jusqu’à un col permettant de rejoindre Tsetserleg.

 

Après avoir quitté la bourgade de Kharkhorin nous sommes plongé dans la suprenante beauté du lieu. L’Orkhon méandre paisiblement dans sa vallée aux coteaux encore raides.

Les yaks
Les yaks

Nous continuons sur la belle piste qui remonte le long la rivière. Les troupeaux de yaks, de chevaux ou de chèvres et moutons s’écartent lors de nos coups de pédales. Nous sommes émerveillés. Nous rencontrons également des marmottes de Sibérie, très rapides à retourner dans leur terrier dès qu’on passe…

La vallée de l'Orkhon
La vallée de l’Orkhon

Des camions et des groupes de cyclistes ou randonneurs chambériens nous rappellent que nous ne sommes pas seuls, mais la vallée est vaste…

La vallée de l'Orkhon
La vallée de l’Orkhon

Plus haut, elle s’élargit, les yourtes profitent de l’espace. La direction est simple à trouver mais il est difficile de choisir la bonne piste, nous demandons alors au vieux cavalier qui s’approche de nous ou aux enfants jouant prés des yourtes, malgré ça de temps a autre nous finissons dans la tourbe…Nous atteignons bientôt la petite bourgade de Bat Olzii que nous dépassons vite pour retourner sur les pistes qui nous mèneront aux chutes de l’Orkhon.

La vallée de l'Orkhon
La vallée de l’Orkhon

En chemin, nous révisions nos passions : entre roches volcaniques et puzzles d’ossements, nous avons de quoi nous amuser !

Casse-tête
Casse-tête

Nous trouvons même des trophées le long du chemin, entre crânes encore munis de cornes et couvre-chefs locaux.

Nos nouveaux couvre chefs
Nos nouveaux couvre chefs

Les chutes d’eau entaillant la roche volcanique de la vallée sont impressionnantes. Nous profitons de la vue.

Les chutes de l'Orkhon
Les chutes de l’Orkhon

Un petit aller retour au pied des lacs de Naimann Nuur nous frustera, nous ne pouvons pas y monter à vélo. Nous profitons de la redescente le long d’une ancienne coulée de lave faisant office de lit de la rivière aujourd’hui à sec.

La vallée de l'Orkhon
La vallée de l’Orkhon

Le haut de la vallée jusqu’au col nous réserve encore de superbes panoramas ponctués de nos premiers réels passages à guet !

Passage à guet
Passage à guet

L’eau est fraîche mais la chaleur rend les passages agréables. Nos vélos flottent et dérivent un peu mais nous parvenons à passer la dizaine de guets pour atteindre le pied du col.

La vallée de l'Orkhon
La vallée de l’Orkhon

La montée au col sera dure mais nous offre une belle descente à travers une jeune forêt de mélèzes gommant les traces d’un ancien feu… nous profiterons de la douce redescente sur Tsetserleg dans la vallée du cours d’eau éponyme.

La vallée de l'Orkhon
La vallée de l’Orkhon

Les troupeaux sont toujours aussi présents et agréables à traverser. Les cavaliers nous saluent et nous rendent même visite pour passer un moment avec nous. Lors de notre dernier lieu de bivouac nous rencontrons Rone, un jeune mongole à moto zigzaguant entre la tourbe et les buissons pour retrouver sa chèvre. Nous partageons un petit café avec lui.

Arrivés à Tsetserleg, nous nous poserons dans la guesthouse Fairfield pour un jour de repos. Dehors il fait 5°, il pleut et vente assez violemment, la neige est proche… ouf d’être à l’intérieur !

8 Responses

  1. adrien

    Hello ! Ca c’est du béret de paysan, la classe frangin ! C’est magnifique ces coins, très déserts quoi !
    Profitez bien le retour à la réalité en France est dur, trust me !
    Gros bisous à vous deux frangin frangine !!!

  2. Mélanie

    Super! Je vois que vous prenez plutôt « bien » (niveau moral) les passages à guets!!!! Tant mieux… Pour nous ça a été une horreur (pas l’habitude sûrement 😉 )Nous avons trouvé ça tellement difficile de pousser les vélos. Bonne continuation et que le moral reste au top 🙂 Bise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *